francis-halle-les-arbres-peuvent-etre-immortels-et-ca-fait-peur,M14250

Francis Hallé : « Les arbres peuvent être immortels, et ça fait peur. » Propos recueillis | Telerama.fr

Selon le botaniste Francis Hallé, les plantes ne “végètent” pas, elles sont même plus évoluées que nous. Les connaître et les comprendre est fondamental pour arrêter le massacre des dernières forêts primaires.

Assurément, il y a du Jules Verne chez ce botaniste-là. Parce qu’il avait l’intuition que « tout se passe là-haut », Francis Hallé a exploré la canopée tropicale – étage supérieur de la forêt – sur une étrange plate-forme gonflable, le Radeau des cimes. Une aventure humaine et scientifique hors norme qui a bouleversé notre connaissance du genre végétal, et qui continue, depuis, son bonhomme de chemin (à voir ci-dessous). C’est peu dire que Francis Hallé aime les plantes, et les arbres en particulier. Ce scientifique de renommée internationale, découvreur de « l’architecture botanique », leur a consacré toute sa vie et contribué à renouveler notre regard sur elles et leur « radicale altérité ». Comprendre le règne végétal, dit-il, exige « une révolution intellectuelle ». C’est, aujourd’hui plus que jamais, une urgence alors que les dernières forêts primaires, sommet de la biodiversité et berceau de l’humanité, sont en train de disparaître dans l’indifférence quasi générale. Nous l’avons rencontré chez lui, à Montpellier, à l’occasion de la sortie d’Aux origines des plantes, ouvrage collectif qu’il a codirigé pendant près de trois ans, et magistral hymne à la magie végétale.

Selon le botaniste Francis Hallé, les plantes ne “végètent” pas, elles sont même plus évoluées que nous. Les connaître et les comprendre est fondamental pour arrêter le massacre des dernières forêts primaires. Assurément, il y a du Jules Verne chez ce botaniste-là. Parce qu’il avait l’intuition que « tout se passe là-haut », Francis Hallé a exploré la canopée tropicale – étage supérieur de la forêt – sur une étrange plate-forme gonflable, le Radeau des cimes. Une aventure humaine et scientifique hors norme qui a bouleversé notre connaissance du genre végétal, et qui continue, depuis, son bonhomme de chemin (à voir ci-dessous). C’est peu dire que Francis Hallé aime les plantes, et les arbres en particulier. Ce scientifique de renommée internationale, découvreur de « l’architecture botanique », leur a consacré toute sa vie et contribué à renouveler notre regard sur elles et leur « radicale altérité ». Comprendre le règne végétal, dit-il, exige « une révolution intellectuelle ». C’est, aujourd’hui plus que jamais, une urgence alors que les dernières forêts primaires, sommet de la biodiversité et berceau de l’humanité, sont en train de disparaître dans l’indifférence quasi générale. Nous l’avons rencontré chez lui, à Montpellier, à l’occasion de la sortie d’Aux origines des plantes, ouvrage collectif qu’il a codirigé pendant près de trois ans, et magistral hymne à la magie végétale.

Selon le botaniste Francis Hallé, les plantes ne “végètent” pas, elles sont même plus évoluées que nous. Les connaître et les comprendre est fondamental pour arrêter le massacre des dernières forêts primaires. Assurément, il y a du Jules Verne chez ce botaniste-là. Parce qu’il avait l’intuition que « tout se passe là-haut », Francis Hallé a exploré la canopée tropicale – étage supérieur de la forêt – sur une étrange plate-forme gonflable, le Radeau des cimes. Une aventure humaine et scientifique hors norme qui a bouleversé notre connaissance du genre végétal, et qui continue, depuis, son bonhomme de chemin (à voir ci-dessous). C’est peu dire que Francis Hallé aime les plantes, et les arbres en particulier. Ce scientifique de renommée internationale, découvreur de « l’architecture botanique », leur a consacré toute sa vie et contribué à renouveler notre regard sur elles et leur « radicale altérité ». Comprendre le règne végétal, dit-il, exige « une révolution intellectuelle ». C’est, aujourd’hui plus que jamais, une urgence alors que les dernières forêts primaires, sommet de la biodiversité et berceau de l’humanité, sont en train de disparaître dans l’indifférence quasi générale. Nous l’avons rencontré chez lui, à Montpellier, à l’occasion de la sortie d’Aux origines des plantes, ouvrage collectif qu’il a codirigé pendant près de trois ans, et magistral hymne à la magie végétale.

Où en est-on de la connaissance des plantes ?

Nous les comprenons encore très mal ! Quand nous les étudions, c’est toujours à partir de modèles humains et animaux. Nous restons indécrottablement zoocentrés. D’ailleurs, la formation des biologistes se fait toujours sur l’homme et l’animal. Résultat, nous passons souvent à côté de la réalité végétale, d’autant qu’il y a beaucoup plus de travaux sur les animaux que sur les plantes. Je trouve cela injuste. Le Muséum de Paris ouvre une Grande Galerie de l’évolution, et il oublie les plantes. Un ponte américain, Russell Mittermeier, publie une somme intitulée Megadiversity, et il y parle à 98 % d’animaux, tous très bien identifiés. Mais les plantes ? Il en cite une poignée, dont la moitié ne porte pas de nom, un arbre du Mexique, une plante du Paraná au Brésil… De même, on a une Société protectrice des animaux mais on n’a jamais entendu parler d’une SPP, une Société protectrice des plantes. D’ailleurs des expressions comme « c’est un légume », « se planter » disent bien notre mépris. Reconnaissez qu’il est plus difficile de s’identifier à un géranium qu’à un animal… Effectivement. Et pourtant, elles ont beaucoup à nous apprendre. Sait-on qu’elles sont plus évoluées que nous ? L’être humain, qui se croit au sommet de l’évolution, compte 26 000 gènes dans son ADN.

Où en est-on de la connaissance des plantes ?

Nous les comprenons encore très mal ! Quand nous les étudions, c’est toujours à partir de modèles humains et animaux. Nous restons indécrottablement zoocentrés. D’ailleurs, la formation des biologistes se fait toujours sur l’homme et l’animal. Résultat, nous passons souvent à côté de la réalité végétale, d’autant qu’il y a beaucoup plus de travaux sur les animaux que sur les plantes. Je trouve cela injuste. Le Muséum de Paris ouvre une Grande Galerie de l’évolution, et il oublie les plantes. Un ponte américain, Russell Mittermeier, publie une somme intitulée Megadiversity, et il y parle à 98 % d’animaux, tous très bien identifiés. Mais les plantes ? Il en cite une poignée, dont la moitié ne porte pas de nom, un arbre du Mexique, une plante du Paraná au Brésil… De même, on a une Société protectrice des animaux mais on n’a jamais entendu parler d’une SPP, une Société protectrice des plantes. D’ailleurs des expressions comme « c’est un légume », « se planter » disent bien notre mépris. Reconnaissez qu’il est plus difficile de s’identifier à un géranium qu’à un animal… Effectivement. Et pourtant, elles ont beaucoup à nous apprendre. Sait-on qu’elles sont plus évoluées que nous ? L’être humain, qui se croit au sommet de l’évolution, compte 26 000 gènes dans son ADN.

Où en est-on de la connaissance des plantes ?

Nous les comprenons encore très mal ! Quand nous les étudions, c’est toujours à partir de modèles humains et animaux. Nous restons indécrottablement zoocentrés. D’ailleurs, la formation des biologistes se fait toujours sur l’homme et l’animal. Résultat, nous passons souvent à côté de la réalité végétale, d’autant qu’il y a beaucoup plus de travaux sur les animaux que sur les plantes. Je trouve cela injuste. Le Muséum de Paris ouvre une Grande Galerie de l’évolution, et il oublie les plantes. Un ponte américain, Russell Mittermeier, publie une somme intitulée Megadiversity, et il y parle à 98 % d’animaux, tous très bien identifiés. Mais les plantes ? Il en cite une poignée, dont la moitié ne porte pas de nom, un arbre du Mexique, une plante du Paraná au Brésil… De même, on a une Société protectrice des animaux mais on n’a jamais entendu parler d’une SPP, une Société protectrice des plantes. D’ailleurs des expressions comme « c’est un légume », « se planter » disent bien notre mépris. Reconnaissez qu’il est plus difficile de s’identifier à un géranium qu’à un animal… Effectivement. Et pourtant, elles ont beaucoup à nous apprendre. Sait-on qu’elles sont plus évoluées que nous ? L’être humain, qui se croit au sommet de l’évolution, compte 26 000 gènes dans son ADN…

Lire l’article sur > Telerama.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *